Edito

The times they are a-changin’. Les temps changent

Cette chanson de Bob Dylan a fait le tour de monde dès 1964. Elle est toujours d’actualité. Les temps changent. Il faut s’adapter. Pas le choix ! C’est pourquoi L’Outil de l’actualité culturelle change de formule.

Aux Arts depuis 14 ans et L’Outil depuis 6 ans, tous deux journaux culturels gratuits mettent en avant la dynamique culturelle du territoire du grand Ouest et témoignent de sa vitalité. Toujours à l’écoute, toujours dans l’actualité. À notre mesure ! Nous avons publié des centaines d’articles, rencontré de nombreux élus et acteurs culturels, des associations, des compagnies, des artistes, des collectifs, des responsables de grands et petits festivals,
de structures de diffusion, visité des lieux improbables, des expositions, lu des dizaines de livres, écouté des centaines de cds et publié plus de 150 000 informations dans nos agendas. Merci à nos annonceurs, nos diffuseurs et nos lecteurs pour leur fidélité.

Aujourd’hui, le contexte est bien différent. La société souffre. Tous les secteurs sont touchés. Enfin presque ! On ne s’alarme pas trop pour les trusts, les grosses machines et les banques… Les budgets culturels s’amenuisent, les compagnies, les structures se voient contraintes de réduire leur création ou leur programmation… La dynamique culturelle ne peut qu’en pâtir. Alors que la demande et la curiosité, elles, sont de plus en plus présentes. La culture sous toutes ses formes attire aujourd’hui des millions de spectateurs.

Aujourd’hui, la presse va mal mais les gratuits fleurissent. Nous prenons donc des mesures pour assurer la pérennité de nos supports. L’Outil dorénavant a 16 pages et sort tous les 2 mois. Il est diffusé sur la Normandie. Tout l’intéresse comme dab ici et ailleurs ! Et il est bon de se faire connaître ailleurs et ici !

Les temps changent ! Les interdits frappent, les pays et les sociétés se désagrègent, les repères s’estompent, la violence nous cerne. Enfermé chacun et chacune dans nos cases, nous avons cette soif de rencontres, d’échanges et de joies collectives. On a tous besoin de prendre des minutes de bonheur. Se retrouver ensemble est devenu indispensable. On le voit dans  les grands rassemblements festifs… aussi bien que dans les soulèvements populaires. L’ordinaire est trop sombre ! Se prendre par la main, défendre notre droit à la vie, à la liberté.