Edito

L’hiver se termine officiellement le 21 mars, nous voici donc au printemps ou au premier temps du renouveau dans la nature. Si l’hiver tend à calmer les ardeurs, le printemps permet toutes les audaces. Entre froid et chaud, entre pluie et soleil, le réveil des sens a inspiré de nombreuses œuvres, des événements, des manifestations depuis l’origine des temps. Sans perdre la tête, profitons de
ce moment pour sortir de notre quotidien. Les musées avec 9 millions d’entrées en 2011, le cinéma (210 millions d’entrées) attirent les foules. Les théâtres, les salles de spectacles, les festivals ont des fréquentations records. Pourtant les scènes dédiées aux artistes émergents, les œuvres dites plus audacieuses ou singulières ont quelquefois bien du mal à exister. Même si les mutualisations, les réseaux sont de plus en plus opérants.  Si la tendance actuelle tend à soutenir les belles réussites pour les renforcer au niveau national ou international, ce qui est nécessaire, les projets de demain doivent avoir leur juste place à un moment où les budgets culturels s’amenuisent. L’équilibre doit trouver sa mesure.