Edito

On sait dire n’importe quoi.

Cela remplit le vide intersidéral de propos en tous genres et entraîne bêtises, sottises, déviances et incivilités qui touchent plus bas que terre. On entend dans la classe politique et ailleurs un déluge de propos et de mots inconsidérés. En se faisant, ils ou elles détruisent les valeurs essentielles de la République basées sur la liberté, l’égalité, la fraternité. D’accord ou pas d’accord, la parole se doit de circuler sans employer un langage grossier qui est l’apanage des faibles et de la méconnaissance.

A l’heure où les repères et les lignes de défense se perdent, où la langue de bois triomphe, il faut garder tête haute pour affirmer les principes laïcs et démocratiques de notre société. Halte aux mots grégaires ; 
place aux mots justes et aux réelles problématiques qui se posent aujourd’hui.

Aux Arts