A La Une, Edito

Le 106, la Scène de musiques actuelles de la CRÉA ouvre ses portes en novembre. 2 salles, des studios, une radio à demeure, 90 concerts dès la première saison et un axe fort : l’action culturelle.

Le 106 ouvre en novembre 2010

Ouverture les 27 et 28 novembre avec 2 journées où le public va pouvoir accéder à l’ensemble des lieux et voir des performances, des installations, des spectacles dans des genres éclectiques, plutôt des petites formes qui ont du caractère. Tout le monde trouvera ses repères. C’est un échantillon du fonctionnement du 106. Il y aura la Radio HDR en activité dans le lieu. C’est un endroit destiné à être plein de vie, un lieu de brassage des publics, de continuité entre amateurs et professionnels, entre le local et le global. Ce sont toutes ces dimensions qui se retrouvent et qui se nourrissent entre elles. L’intention, c’est d’être à la fois ouvert au grand public et aux connaisseurs.

L’action culturelle : Il y a une partie du travail qui vise à toucher des publics qui ne viennent pas , il y a un travail en direction du connaisseur, un travail de documentation sur la musique. Les musiques actuelles sont très riches, elles traduisent l’état d’une société, des moments dans une société ; la musique est tellement intéressante qu’elle fait penser différemment ; elle fait évoluer la conscience du monde. C’est un grand domaine d’investigation. Il y aura des expositions, des projections vidéo, des conférences, différentes formes de médiation. La musique ne naît pas par hasard, elle se fabrique dans une époque. Quand elle est bonne, elle fait partie des facteurs qui font évoluer et transforment leur époque. Greil Marcus disait sur Bob Dylan : « il n’a peut être pas changé le monde, il l’a rendu plus intéressant ».  A travers ce travail de documentation, il y a l’idée que derrière cette musique il y a une histoire. Les fans de reggae qui ne connaissent pas ce qui se passe en Jamaïque, c’est troublant. Ce n’est pas du tout peace and love, la Jamaïque ! La culture, c’est d’abord un travail sur soi. On ne cultive pas les gens, ils se cultivent eux-mêmes. Il faut avoir des perspectives historiques.
Jean Christophe Aplincourt (Directeur du 106)
Tous les concerts dans l’agenda.