Evénements

Cherbourg-en-Cotentin – La programmation culturelle du Festival Femmes dans la ville 2019 a été dévoilée par l’association Cultur’Elles. Cette année elle présente des spectacles portés par des artistes féminines ou qui abordent l’égalité femmes/hommes autour de la thématique  « Inégalités et santé ». Elle se décline en musiques et en spectacles vivants. Femmes dans la ville – Une belle semaine « Femmes, femmes, femmes » avec 9 spectacles, dont certains très pointus !
Par ici le programme !

– Samedi 2 mars
Mak comme tout le monde. Un one woman show résolument optimiste ! Et en première partie : Elodie & Julien, duo acoustique un peu rock. 20h30, Salle des fêtes.

– Dimanche 3 mars
Les Divagabondes. Concert insolent et séduisant : elles dansent et chantent ! C’est la joyeuse troupe des 20 nanas qui vous embarquent pour un voyage avec de l’accordéon ! 15h, Salle des fêtes.

– Lundi 4 mars
Tout sur le rouge, connaissez-vous les règles du jeu ? Théâtre en 12 actes.
D’après deux récits écrits par Élise Thiébaut, « Ceci est mon sang, petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les font » (La Découverte) et « Les Règles, quelle aventure ! » (La Ville brûle). Un tabou qui résiste encore : les menstruations. Ici le cycle menstruel devient la roue de la fortune ! Cartes sur table, avec de nouvelles règles, douze actes se déroulent et on joue à la roulette… Douloureuses, joyeuses, parfois violentes, les lunes se joueront de toutes les illusions menstruelles. 14h, Salle Millet’nium du lycée Millet.

– Mardi 5 mars
Ouvrages de dames, un apéro-concert par le Quintette Pantagrulair. Si on connaît des compositeurs célèbres, il nous est encore difficile de nommer une femme dans ce domaine. Le Quintette fait revivre quelques magnifiques réalisations de compositrices trop rarement jouées : Cécile Chaminade, Elsa Barraine et Hedwige Chrétien. 18h, Maison Olympe de Gouges.

Spéculum. Théâtre – Caroline Sauhuquet, Delphine Biard et Flore Grimaud ont enquêté sur la gynécologie, son Histoire et ses histoires. De cette recherche est né Spéculum. Fausse couche, Distilbène, avortements clandestins, éveil au féminisme… Le spectacle frise le documentaire et l’autofiction, il glace et emporte. Une vaste galerie de personnages s’y invite : pionniers de la gynécologie, personnalités emblématiques du féminisme, individus anonymes et des people. On y rencontre aussi des hommes et des femmes qui, grâce à leurs inventions, leurs recherches ou leurs indignations ont fait avancer l’histoire. 20h30, Salle des fêtes.

– Mercredi 6 mars
J’irai danser tes 20 ans. Théâtre. L’histoire d’une jeunesse. Celle de Leila, qui veut « vous dire les gens, ceux qui ont fait partie de la danse, ceux qui ont fait partie de la valse ». Sa valse a commencé un matin froid d’hiver, à ses 15 ans, avec la rencontre de Levas. Elle s’est poursuivie à ses 17 ans avec celle d’Arthur, et à ses 18 ans avec celle de Madeleine…
10h et 20h30, Salle Millet’niun du lycée Millet.

Victoire, par Séverine Chesnel. Conte musical pour enfants. Victoire, rêve de devenir chanteuse et s’échappe de l’hôpital où on la soigne. Accompagnée dans l’aventure par son fidèle compagnon Doudou Microbe, elle s’enfuit à travers une forêt labyrinthique…
15h – Salle de Charterie, à Querqueville.

– Jeudi 7 mars
Akutuk : tempo d’eau. Percussions aquatiques. Au Cameroun, l’Akutuk est une technique de percussions aquatiques à mains nues, un jeu entre l’air, l’eau et le corps. Un savoir-faire ancestral qui rend hommage aux éléments de la nature, transmis depuis des générations de femme à femme dans la forêt pour accompagner certaines activités comme la pêche ou la lessive. Les basses rondes, sourdes et puissantes, les claps sonores, mélodiques et variés sont produits par une main percutant l’eau ! La technique extraordinaire Akutuk est sublimée par la voix des artistes, dans un souffle féminin d’inspiration originale et novatrice.
18h, Piscine Chantereyne.

– Vendredi 8 mars
Bohème express. Café-concert. Cultures croisées entre traditions nomades, jazz et musiques ethniques. Un sextet aux incursions résolument contemporaines. 
20h30, Le Totem, Équeurdreville-Hainneville.

Notez aussi que deux expositions font écho au festival qui se tiennent bien sûr dans la ville !
Images de la femme. Dessins et estampes qui témoignent de la place des femmes dans l’art. Au Musée Thomas Henry, jusqu’au 5 mai.
Grâce à elles. Des portraits de femmes par la plasticienne Sophie Degano. Médiathèque de La Glacerie. Du 25 février au 8 mars. C’est gratuit.

Femmes dans la ville #20 : du 2 au 8 mars 2019
Plus d’informations sur le site : https://femmesdanslaville.jimdo.com/